EURORX : CYRIL SECOND À RIGA

Cyril finit sa saison européenne par un nouveau podium. À Riga il monte sur la seconde marche, au terme d’un week-end difficile, où notamment un souci moteur l’handicape en Q3 et le prive de Q4, sauve sa peau en demi-finale, et s’élance de la dernière ligne en finale.

« En finale, Il m’a fallu être opportuniste dans la phase de départ. Je pensais qu’il se passerait quelque chose au premier virage, et finalement c’est au quatrième que Szabo et Marklund s’accrochent. C’est l’occasion de me hisser à la seconde position. Dès lors je suis focus sur Nitiss et fait abstraction de ce qui se passe derrière moi. Petit à petit je regagne du terrain. Je signe à ce moment-là le meilleur chrono de la journée pour ma catégorie. Au cinquième tour, alors que j’ai moins d’une seconde de retard sur le leader, je rentre dans le joker. Mon passage sera excellent, mais cela ne sera pas suffisant, Nitiss coupe la ligne d’arrivée avec moins de 3 dixièmes de seconde d’avance. »

Le bilan du pilote RedBull reste pour cette campagne européenne exceptionnel. Sur le podium à chaque course, il se classe troisième en ayant pas participé à la première épreuve. « Mon souci en qualif ce week-end me coûte la seconde place du championnat, mais cela n’est qu’un détail. Au long de ces quatre manches européennes, j’ai montré que j’étais dans le coup, maintenant je suis impatient de participer dans moins d’un mois à la manche allemande du WorldRX et de me mesurer aux ténors de la discipline ». En effet pour compenser la non participation à Barcelone, RedBull a tenu à ce que son pilote participe à une épreuve du mondial. Comme Cyril nous avons hâte de ce rendez-vous où ses concurrents seront Bakkrud, Kristoffersson, Solberg et bien évidemment les pilotes officiels Peugeot Loeb et les deux frères Hansen…

Retour sur le week-end course par course :

Manche 1 : « J’étais en manque de repère après les essais libres, je réussis à prendre un bon départ et à contenir Nitiss qui tout au long des quatre tours m’a mis la pression. Cette manche me permet donc de progresser, mais il me manque encore quelques dixièmes ». Cyril est second au cumul de la manche derrière Marklund. « La manche seconde s’annonce assez costaud, mais ça va être sympa pour le spectacle » 

Manche 2 : « Après un excelent départ, j’ai été un peu optimiste et j’ai freiné trop tard, du coup je suis parti en glisse et me suis retrouvé quasi à l’envers. Marklund en passant met un petit coup et me remet dans le bon sens. Je repars cinq. Je cravache tout au long de la manche et remonte petit à petit. En prenant mon joker à l’avant dernier tour cela me permet de gêner Marklund dans son tour lancé, Szabo ayant crevé. Au final je suis trois de la manche, mais la performance pure de l’auto n’est pas au rendez-vous. Il va falloir que l’on remette tout en question pilotage et set-up pour être dans le coup demain » 

Manches 3 & 4 : « Je m’élance parfaitement, et au bout de la ligne droite me tasse complètement à l’extérieur. Je ressors 4, et je fais tout pour revenir, je peux redoubler Marklund au moment du joker, mais mon auto se met sur trois cylindres et connait une perte de puissance » Au classement de cette manche Cyril est classé sixième. Mais le mal est profond. Pas le temps de résoudre le problème avant la manche 4. Cyril se présente sur la ligne de départ, juste pour prendre le minimum de point de cette manche. Au cumul des manches ce contre temps coute des points et une place au championnat…

Demi-finale : Partant de la seconde ligne premier couloir, l’objectif de Cyril était clairement de sortir en tête pour aller chercher la première ligne de la finale. Mais les choses vont être plus compliquées. « Dans la phase de départ, je suis d’abord poussé par la coccinelle de Gerhman, puis tassé en latérale par la Clio de Kalliokoski. Je prends donc le joker au premier tour, et ressors dernier. Devant moi le quatrième et cinquième sont en bagarre. Karaï  part à la faute et se retrouve en travers de ma route. Je le contourne et me voilà cinquième. Là je me dis houlala ça devient compliqué car je sais qu’il me faut finir troisième pour accéder à la finale. Je remonte une place quand le quatrième prend son joker, et le troisième qui lui la déjà pris est à deux secondes devant moi. Je donne tout et refait rapidement mon retard. Une fois dans son pare-choc arrière, je lui mets la pression. Il craque et fait une erreur, je me faufile à l’intérieur. Le leader et le second sont eux trop loin, mais je sauve ma place pour la finale. La situation était peu habituelle pour moi, j’ai rarement du me battre à ce point pour accèder à une finale, c’est un peu chaud, pas facile à gérer, mais j’ai rien lâché, j’y ai cru jusqu’au bout, et finalement ça L’a fait… »  Cyril s’élancera donc en Finale troisième ligne premier couloir (5/6)

Finale : Cf début d’article.