6 Heures du Nord Pas de Calais : COFELY – VILLE de BANDOL Déjà dans les points !

 

Fred, Fifi, Jean-Marie, Seb, Sandrine
Fred, Fifi, Jean-Marie, Seb, Sandrine

 

 

1ère manche du Championnat de France d’Endurance 

A l’issue de la journée d’essais libres du samedi sous un ciel bien chargé et entrecoupé par deux passages de bruine, les pilotes du Team COFELY – VILLE de BANDOL résument la situation de la manière suivante : «Connaître un circuit avant d’aborder une course est toujours un avantage. Alors, quand la piste est longue et large, comme ici à Ostricourt, trouver la trajectoire idéale et prendre ses marques n’est pas vraiment simple.» commente Frédéric. «La journée aura été bien trop courte pour appréhender toutes les subtilités de ce magnifique tracé» ajoute Sébastien.  Et Sandrine de conclure «Heureusement, Jean-Marie et Philippe ont été très efficaces. Grâce à leur travail, nous avons pu dégrossir les réglages de notre nouveau châssis EXCEED».

Côté rapport de transmission, un test fait par Frédéric et vérifié par Sébastien en fin de d’après-midi, semble donner un léger gain en performance; c’est sur cette note optimiste que les Bandolais terminent la journée du samedi.

Essais qualificatifs

La journée du  dimanche va se dérouler sous un ciel dégagé presque méditerranéen. Le timing de cette première manche du Championnat de France d’Endurance est des plus serrés. A peine 25 minutes de warm-up, partagées entre les trois pilotes. En fin de séance, Frédéric rode sur cinq tours les pneus neufs afin de  pouvoir exploiter au mieux les 10 minutes d’essais qualificatifs qui suivent. Le résultat n’est pas à la hauteur des espoirs du team COFELY – VILLE de BANDOL : 31ème 

Dans la foulée, les châssis sont placés en grille pour un départ des 6H du Nord Pas de Calais programmé à 10H00 précises.

Sandrine au départ

A l’issue de son relais, Sandrine laisse le volant à Frédéric puis c’est au tour de Sébastien. Aucun accrochage, pas de souci mécanique. Au relais les interventions sont limitées au minimum : changer le réservoir, graisser la chaîne et gérer les lests embarqués par Sandrine. Par contre  côté performance en piste COFELY – VILLE de BANDOL est loin d’être dans le coup. «Nous nous sommes fourvoyés dans le choix du rapport de transmission. Si hier soir, nous avons gagné en performance, c’est  que cette démultiplication plus confortable nous permettait de compenser notre méconnaissance de la piste dans la partie technique. Aujourd’hui, au fil des tours, nous maîtrisons de mieux en mieux le circuit et notre rapport nous pénalise dans tout le rapide qui représente environ 60% du tracé».

 

Changement de couronne

Aussi, durant le second relais de Sandrine, les Bandolais analysent la situation : classement au-delà de la 26ème position, passage par la pesée non effectué (minimum de trois tours et donc quelques places). Ils décident alors, après avoir pesé le pour (gain de performance) et le contre (temps perdu dans les stands), de changer la couronne pour un rapport plus long. Cette intervention durera à peine 2 minutes. Frédéric repart et aligne immédiatement des chronos plus rapides. A son retour, il confirme : «C’était une très bonne option mais nous aurions dû être plus radicaux. Ce nouveau rapport nous a apporté de la vitesse de pointe mais le moteur peut tirer encore plus long.»

Dans les points

Cette modification permet au team COFELY – VILLE de BANDOL, de retrouver le sourire qui remonte petit à petit. Sébastien succède à Frédéric qui prendra un dernière fois la piste, pour boucler les 6 Heures de course.

COFELY – VILLE de BANDOL reçoit le drapeau à damiers à la 24ème position, synonyme de deux points. «Nous aurons incontestablement manqué de roulage avant la course» analyse Jean-Marie, «De plus, notre méconnaissance du circuit nous a coûté cher. En gagnant quelques dixièmes en performance pure un peu plus tôt, nous aurions pu de terminer bien plus haut dans le classement».

Le prochain rendez vous : 23 mai sur le Circuit Alain Prost au Mans. Cette piste, nos Bandolais la connaissent par cœur. A eux de montrer leur potentiel !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *