NATIONALE : UN WEEK-END STUDIEUX POUR NAÏS

C’était pour Naïs un vrai baptême du feu en compétition au volant de son kart catégorie Nationale fort de ses 125cc, 22cv et plus de 100km/h au freinage au premier virage.

IMG_5708

Ni elle, ni Cyril son coach pour le week-end, ni Philippe dans le rôle du mécano n’avaient la prétention d’aller jouer la gagne mais, l’objectif d’apprendre tout au long du week-end en se battant au contact de garçons aguerris à la discipline a bel et bien été atteint.

Récit d’un premier week-end de course :

Une séance d’essais qualificative particulière …

La direction de course se mélange les pinceaux imposant aux pilotes de se regrouper pour un départ lancé… résultat une demi séance gachée, suivie de trois tours à la queueleuleu.

Une manche qualificative, révélatrice …

Après deux tentatives avortées de depassement dans le devers « le juge de paix » comme aime à le qualifier Jack l’incontournable commentateur, Naïs se lâche et tient la corde, ça passe, et de belle manière. Ce dépassement est libérateur. Naïs en maitrisant cette manœuvre, à cet endroit précis, se prouve à elle même qu’elle a passé un vrai cap.

IMG_5729


Un départ canon en Pré-finale …

En gagnant cinq positions au premier freinage, Naïs démontre que l’exercice très délicat du départ lancé à très haute vitesse est une dimension qui ne lui cause aucune appréhension… Malheureusement, un tour et demi plus tard toujours à la lutte dans le peloton le kart qui la précède de quelques centimètres fait un petit écart, Naïs ne peut éviter le contact, il s’en suit un enchevêtrement de 3 karts et une course qui tourne court.

IMG_5373

 

En bagarre jusqu’au bout de la finale …

Un nouvelle fois Naïs est à l’attaque dès le premier freinage, et elle gagne trois places. Dix huit tours durant elle va se bagarrer dans un groupe de chasse, doublant régulièrement au dévers, concédant une place au bout de la ligne droite. « Alors j’ai construit ma stratégie » nous confie telle « comme j’étais plus vite dans le dernier secteur, et en mesure de m’imposer au dévers, il me fallait être collé à son parechoc arrière à l’abord du dernier tour » hélas une petit erreur lui fait concéder deux petits mètres de trop et le plan tombe à l’eau. Mais quelle belle course…

LAISSER UN COMMENTAIRE

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *